Le Cointreau


  • Le Cointreau
    Le Cointreau
    Une histoire de famille

Il était une fois, en 1849, à Angers, petite ville de l’Ouest de la France, deux frères, Adolphe et Edouard-Jean Cointreau. Ils décident de fonder leur distillerie. Leur projet? Confectionner des alcools de fruits, notamment le guignolet à base de cerises qui deviendra leur premier succès. A vrai dire, rien de comparable avec celui que rencontrera la liqueur qui va porter leur nom, inventée par Edouard Cointreau, IIe génération de maîtres distillateurs. En 1875, au-delà de délaisser cerise, pomme et mûre pour travailler les saveurs de l’écorce des oranges douces ou amères, ce dernier conçoit un nouveau procédé de distillation, pour obtenir un triple sec, transparent et, selon lui, trois fois plus concentré en arômes et moins sucré que les productions de l’époque. «J’ai cherché passionnément cette liqueur et j’ai voulu qu’elle ait la pureté du cristal et une grande subtilité du goût, grâce à l’harmonie parfaite des peaux d’oranges douces et amères», écrit Edouard Cointreau il y a plus d’un siècle. Le maître distillateur se révélera être aussi un génie de la communication et du marketing. Il souhaite donner une identité visuelle forte à son triple sec. En décalage avec les codes existants, il va imaginer une bouteille de Cointreau carrée aux angles arrondis, inspirée de l’univers de la parfumerie. La bouteille sera également ambrée pour surprendre le consommateur qui découvrira un spiritueux transparent, très rare pour l’époque, car les liqueurs colorées étaient jusqu’alors en vogue. Mais l’entrepreneur ne compte pas s’en arrêter là! Il veut que sa liqueur soit vue partout. Il lui faut un emblème, une image et ce sera Pierrot, ce portrait du mime Najac conçu par le photographe Nadar et réinterprété par l’affichiste italien Tamago. Un Pierrot que l’on retrouve notamment en 1898, dans la première publicité cinématographique de l’histoire, réalisée par l’un des assistants des frères Lumière à la demande de la famille Cointreau. Puis dans les années 40, c’est la consécration. La marque ouvre une boutique sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris, et s’exporte aux Etats-Unis, premier marché pour la liqueur d’orange.

Qu’est-ce donc ce Cointreau? 

C’est une liqueur faite à partir de trois écorces d’oranges, de la plus amère à la plus douce, qui restent dans leurs pays d’origine – l’Espagne, la Tunisie, le Brésil ou le Sénégal – le temps du séchage pour ne perdre aucun effluve de leurs arômes. Elles sont ensuite mélangées dans de l’alcool de menthe, de l’eau purifiée mais aussi du sirop de sucre de betterave pour calmer l’amertume et l’acidité de l’écorce. Direction distillation et alambics!

Au final, le Cointreau titre à 40 degrés, comme un autre triple sec, le Grand Marnier, confectionné à base de cognac et d’oranges tropicales, le citrus aromatique. Le curaçao, quant à lui, est réalisé avec de petites oranges vertes amères. Aujourd’hui, même si une fusion s’est opérée entre Cointreau et les cognacs Rémy Martin pour donner naissance à la marque Rémy Cointreau, la célèbre liqueur originale n’a pas perdu son aura. Orchestrée par Alfred Cointreau, VIe génération, son héritage est intact. La marque s’est d’ailleurs dotée d’une égérie un tant soit peu plus sexy que Pierrot en la personne de Dita Von Teese, danseuse disons érotique américaine. Exporté dans plus de 220 pays, le Cointreau continue de se boire en digestif ou en cocktail ; les Margarita et autres White Lady n’existeraient pas sans lui. La maison a également lancé le Cointreau noir (avec du cognac) et le Cointreau à l’orange sanguine. Trois versions donc et pas question d’en mettre une d’entre elles en cuisine. Si les liqueurs d’orange se fondent parfaitement dans un plat de viande en sauce ou dans un dessert au chocolat, la marque angevine de triple sec a pensé à tout et a mis au point un spray Cointreau Cuisine pour les grandes créations culinaires. Il ne reste plus qu’à passer à la dégustation!

Daiquiri orange

Daiquiri orange

(pour 1 personne)


On vous emmène à Santiago de Cuba pour revisiter ce cocktail mythique. On garde le rhum et le citron et on ajoute de la confiture d’oranges et du Cointreau. Si vous aimez l’original, vous aimerez sa version à l’orange. 


4 cl de rhum 

1,5 cl de Cointreau

1,5 cl de jus de citron vert frais

1,5 cl de jus de citron frais

1 cuil. à café de confiture d’oranges

1 pincée de cannelle 

1 rondelle d’orange

Glaçons 


Mélangez au shaker le Cointreau, le rhum, les jus des citrons, la confiture et la cannelle. Filtrez, puis versez la préparation sur un fond de glaçons dans un verre à whisky. Décorez le cocktail avec la rondelle d’orange. A votre santé!

Site by: Flip branding studio